logobourdeau

logobourgetdulac

logolachapelledumontduchat

logolamotteservolex

A VENIR

05
Sep
Halle Didier Parpillon
Date : 5 septembre 2020, 09:00

12
Sep
Bourget du Lac
Date : 12 septembre 2020, 15:00

10
Oct
Lyon
Date : 10 octobre 2020, 08:00

15
Oct
Bibliothèque des Deux Mondes
Date : 15 octobre 2020, 19:30

19
Nov
Bibliothèque des Deux Mondes
Date : 19 novembre 2020, 19:30

AGENDA

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

LIENS UTILES


"Les lacs de haute montagne" : une conférence de Jean-Pierre Martinot le jeudi 17 mai 2018

Ce jeudi 17 mai 2018, à la bibliothèque des Deux Mondes, devant une assistance nombreuse, Annick Cros, la présidente, est heureuse de recevoir Jean-Pierre Martinot pour une nouvelle conférence. Précédemment en 2016, il avait évoqué la faune vertébrée des Alpes.

J- P. Martinot a fait toute sa carrière au Parc national de la Vanoise. Né à Aix-les-Bains, il est tombé dans les lacs de montagne ! Quand il travaillait dans son bureau, il n’avait qu’une envie : s’échapper pour retrouver les grands espaces. Aujourd’hui, il est venu nous présenter les lacs de haute montagne situés en Vanoise (en Maurienne et en Tarentaise). Fort de toutes ses expériences et ses études réalisées pendant plusieurs années sur trente lacs, il nous en a brossé un tableau complet.


"Guerre 1914/1918 de janvier à l’été 1918" : une conférence de Jean-François Patris le mardi 3 avril 2018

Avec Jean-François Patris, ce 3 avril 2018, à la salle Bellevarde, nous sommes replongés dans les hor-reurs de la guerre. Nos Français, Eugène dans l’Aisne, et son frère Robert sur les rives de la Meuse com-battent toujours, malgré le désenchantement. Rudy, l’Allemand, est dans le Nord avec la 2e armée. Il croit que la guerre est bientôt finie et que les Allemands vont la gagner !

L’année 1917 s’est terminée dans beaucoup de pays dans la désillusion, les batailles dantesques du Che-min des Dames, de Vimy, de Passchendaele, entre autres, n’ont pas permis de prendre l’avantage. Les soldats vivent toujours dans des conditions exécrables. Les Italiens défaits à Caporetto sont déstabilisés, le pays, la société et l’armée souffrent. L’armée russe, désorganisée par la révolution et la défaite contre les Austro-Allemands n’arrange rien.

La guerre sous-marine qui fait rage tourne peu à peu à l’avantage des alliés. Les Américains, qui ont décla-ré la guerre à l’Allemagne en avril 2017, ont débarqué en France et se préparent au combat. D’autres pays enfin ont rejoint les alliés : Cuba, Panama, la Grèce, le Brésil et même la Chine !


« Mémoire d’un chemise rouge : où Guiseppe, Mario Garibaldi règle ses comptes avec les hommes et les circonstances de son temps » : une conférence de Cécile Bétemps le mardi 6 mars 2018

En ce mardi 6 mars 2018, Cécile Bétemps, nous présentait à la salle Bellevarde, devant une nombreuse assemblée, la vie riche mais mouvementée du patriote italien Guiseppe Garibaldi. Né à Nice en 1807, ville sarde sous occupation française, décédé en 1882 à Caprera, île au nord de la Sardaigne.

La famille du petit Guiseppe vit à l’abri du besoin, sans plus, grâce au père Domenico, capitaine dans la marine marchande. Adolescent, Pépito aime les cours d’italien, la lecture des historiens latins mais dé-clare ne pas pouvoir supporter une existence sédentaire ; sa maman Posa aurait voulu qu’il soit prêtre.

Après le retour au pouvoir de la Maison de Savoie en 1815, il entre dans la marine marchande (il veut être capitaine en second), et sillonne les mers : la mer Méditerranée, la mer Noire, celle d’Aral. Entre 1824 et 1832, il doit faire face aux naufrages, tornades, pirates, variole, choléra. Il rencontrera toute sorte de conspirateurs grecs, italiens, polonais ce qui lui permettra d’avoir un apprentissage complet. En 1828, il est terrassé par la fièvre et c’est madame Luigia Sauvaigo qui lui vient en aide. Le Niçois déclarera que la femme est la plus parfaite des créatures quoiqu’en disent les hommes. Il séduira beaucoup de femmes de toutes conditions sociales et se mariera trois fois.


"Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban" :  Conférence de Jean-Claude Bouchet le mardi 6 février 2018

Ce mardi 6 février, le cycle des conférences 2018 recommence à la salle Bellevarde. Annick Cros accueille à nouveau, avec plaisir, devant une assistance nombreuse, Jean-Claude Bouchet, président depuis 2017 des « Amis de Montmélian et de ses environs ». Jean-Claude Bouchet la remercie ; il est très ému de donner cette conférence dans cette halle qui porte le nom d’un ami.

Quand il était petit, un de ses instituteurs lui donnait une image quand il avait dix points. Ce temps-là est révolu, mais il se souvient qu’il avait reçu une belle image de Vauban ! En quelques phrases il va nous donner un aperçu de ce personnage. Vauban était un homme très humain, proche des soldats, des paysans et des pauvres. Il était d’une grande probité. Il voulait le rétablissement de l’Édit de Nantes révoqué par Louis XIV en 1685. Dans sa carrière, il a parcouru 185 000 km ! Génie militaire, il a été copié dans le monde entier. On ne connaît que cinq ou six portraits réalisés de son vivant. En 1657, il est blessé à la joue gauche et on remarque la cicatrice laissée par le coup.

vigne1Histoire de la vigne et du vin : Conférence d'Anthony Pinto le mardi 10 octobre 2017

En ce mardi 9 octobre, M. Anthony Pinto passionna son auditoire pendant près de deux heures.

L'histoire du vin est multiséculaire. Grâce aux Allo­ broges et aux Romains, la vigne a été cultivée en Gaule, d'abord dans le sillon rhodanien, Tain­ l'Hermitage, Vienne, puis en Savoie. En 25 av. J-C ce fut au tour du Val d'Aoste et dix ans après du Valais suisse. La vigne est une liane : à l'origine, elle prospérait à l'état sauvage, en forêt. Voyant cela nos anciens la cultivèrent en « hautins ou hautains », c'est-à-dire qu'ils guidèrent les pampres sur des merisiers ou des mûriers, puis sur pieds comme actuellement. Le développement de la viticulture en Savoie est lié, en grande partie à l'Église et à la christianisation des montagnes. Évidemment les princes et les aristocrates ont participé à son extension avant que la consommation du vin s'étende à l'ensemble de la population.

En 506, on entoure les vignes d'une haie soutenue par des pieux pour les protéger des animaux mais aussi des vols. De tout temps, les abbayes ont possédé leurs vignobles ; ce fut le cas des chartreux, des bénédictins de l'abbaye de Talloires, de ceux de Tamié ... L'ordre de St-Benoît recomman­ da aux religieux de consommer un litre de vin par jour et même un litre et demi les jours de fêtes.